Pour quelle raison l’étude technico-économique de l’autoconsommation ne figure pas dans l’étude ?

Un premier calcul rapide a montré que, toutes aides inclues, le projet est économiquement viable pour un prix de l’électricité valorisé autour de 0,11 €/kWh. Les copropriétés payent leur électricité autour de 0,16 €/kWh. Le prix de vente du surplus (part autoproduite n’étant pas autoconsommée) est de 0,06 €/kWh. Il faudrait donc autoconsommer 50% de l’électricité autoproduite atteindre l’équilibre économique.

Or la part autoconsommée atteint difficilement plus de 20% car le principal poste de consommation électrique est la chaufferie et que celle-ci fonctionne en hiver quand les panneaux produisent le moins. L’autoconsommation deviendra rentable quand elle sera mieux aidée (il est question que le surplus soit racheté au prix du tarif d’achat en vente totale) et/ou quand le prix de l’électricité aura fortement augmenté (environ doublé, ce qui le porterait par exemple au prix actuellement pratiqué en Italie)